Journée du Temps Partagé, à Vannes aussi !

Jerôme Bazin (à gauche), président du GE Vénétis et dirigeant de la société Isatech à Vannes; et Pierre-Yves Le Bozec, président de Solutis-emploi et Seremor et producteur de lait à Lanester.
Jerôme Bazin (à gauche), président du GE Vénétis et dirigeant de la société Isatech à Vannes; et Pierre-Yves Le Bozec, président de Solutis-emploi et Seremor et producteur de lait à Lanester.

Les 18 groupements d’employeurs de Bretagne ouvrent leurs portes le 12 avril. Jerôme Bazin, président du GE vannetais multisectoriel Vénétis et Pierre-Yves Le Bozec, président des GE agricoles Solutis-emploi et Seremor, emploient à eux deux 285 salariés en CDI sur le Morbihan, soit plus de 20 % des 1.200 emplois partagés en Bretagne.

L’emploi à temps partagé (*) est votre ADN commun… Quelle en est la génèse ?

Pierre Yves Le Bozec : L’emploi partagé vient du monde agricole. Il y a quarante ans, de petites exploitations qui avaient des besoins de main-d’œuvre complémentaire se sont regroupées pour embaucher. Puis, il y a eu le service de remplacement. Le premier groupement d’employeur à vocation de remplacement est né en 1991. Les besoins des exploitations évoluant, des groupements d’employeurs départementaux se sont montés et Solutis est né en 2005.

Jerôme Bazin : Vénétis est né il y a un peu plus de vingt ans. On met en commun des moyens pour recruter des compétences que l’on peut partager. Ce qui nous différencie de l’intérim, c’est que les gens sont en CDI.

À quels besoins répond-il ? 

P-Y.L.B : La majorité de nos exploitations adhérentes sont employeurs pour la première fois via le groupement. Le GE est une porte d’entrée. On accompagne l’exploitant à la fonction d’employeur et à la gestion de salariés. On arrive vite au management à temps partagé.

J.B : On ne représente que 1 % des effectifs de nos adhérents. Nous répondons donc à un besoin précis et minoritaire : aller chercher des compétences qu’ils ne peuvent se payer à temps plein.

Et les salariés, quel bénéfice peuvent-ils en tirer ? 

J.B : On occupe le créneau de l’hyper-compétence et de l’hyper-diversité. C’est l’expérience augmentée. En deux ou trois ans, le salarié apprend plein de choses. Cette expérience double ou triple booste la montée en compétences. C’est un accélérateur de carrière !

P-Y.L.B : Il y a un effet de rupture de la monotonie tout en stabilisant le cadre. On peut passer d’opérateur à technicien et rentrer progressivement dans la responsabilité.

Sur quoi l’emploi partagé peut-il déboucher ? 

P-Y.L.B : Avec le vieillissement de la population, il y aura une augmentation du salariat, des gens qui vont entrer dans le milieu agricole et qu’il faudra former, mais il y aura aussi des reprises d’exploitation par des salariés qui étaient en emploi partagé. 10 % de nos salariés deviennent entrepreneur. En 2017, on a compté 50 entrées pour 30 sorties dont 50 % en installation.

J.B : 1.025 salariés sont passés par Vénétis en vingt ans. 80 % ont été absorbés en CDI par les entreprises adhérentes. Depuis janvier, 17 personnes sont parties dont 15 embauchées en CDI.

Combien d’offres d’emploi proposez-vous ? 

J.B : Cette année, nous cherchons 60 postes en temps partagé.

P-Y.L.B : Seremor et Solutis recherchent chacun une dizaine de postes.

Quels sont les métiers en tension ? 

P-Y.L.B : Il y a un gros besoin de techniciens d’élevage lait et porc.

J.B. : Le marketing, les ressources humaines. Nous cherchons aussi dans les secteurs de la gestion, les métiers de la qualité, de l’industrie et du bâtiment. Mais il est difficile de trouver des femmes et des hommes qui se plaisent durablement dans ce rythme de travail. Venetis compte 129 collaborateurs partagés entre 312 entreprises adhérentes. Seremor et Solutis comptent 156 salariés. En 2017, Solutis a connu une hausse d’activité de + 20 %.

En complément

18 groupements ouvrent leurs portes jeudi

Pour la première fois, les 18 groupements d’employeurs de Bretagne ouvrent leurs portes ce jeudi 12 avril (café croissant le matin et chouquettes l’après-midi). Créé en 2006, le collectif du Grand Ouest compte près de 2.000 entreprises adhérentes, et emploie 1.110 personnes à temps partagé. (57 % de femmes et 43 % d’hommes). En Bretagne, près de 300 emplois sont disponibles en CDI.

Des ateliers, des portes ouvertes, des webinars, conférences, forum et job dating sont programmés : Adeliance à Plérin (02.96.58.61.62) et Lannion (02.96.58.61.62), Atouts à Dinan (02.96.39.03.81), Cornoualia à Quimper (02.98.10.24.77), GEA 22 à Plérin, Geho à Langueux (02.96.52.01.16), Geose à Redon (02.99.71.99.92), GESPR à Redon (06.74.43.92.41), Iroise à Landivisiau (02.98.68.23.23), Partag’emploi à Quimper (02.22.94.02.00), Solutis à Vannes (02.97.40.38.10), Terraliance à Plérin (02.96.79.23.32), Tisserent à Loudéac (02.96.66.42. 69), Triskell à Carhaix (02.98.99.29.83) et Venetis à Vannes (02.97.54 64.71).

© Le Télégrammehttp://www.letelegramme.fr/emploi/emploi-partage-gagnant-gagnant-06-04-2018-11916942.php#jlvu7epSqMDqCpdW.99

Top